(post de 2005)

Hier soir, Kip et moi avions entrepris d’emmener nos parents respectifs pour une soirée homo-rigolo-pédagogique. Je m’explique : il y a quelque temps, j’avais dégotté sur je ne sais quel site Internet, des places pour une petite pièce de théâtre sans prétention « Maman fait son coming out » (que je conseille d’ailleurs vivement à tout le monde). Kip et moi y sommes donc allées après une petite soirée de flâneries parisiennes. Théâtre microscopique, audience à l’identique (le pic de fréquentation ce soir là s’est limité à quatre personnes dont 100% de lesbiennes !) Bref. On a eu bien peur de ce qu’il allait nous arriver mais au final, on a ri de très bon cœur et on a découvert un actrice très sympa (et aussi assez jolie, ce qui ne gâte rien) et on s’est dit en sortant que c’était une pièce qui méritait d’être vue, et pourquoi pas d’ailleurs, par nos parents.

Hier donc, une fois notre Elton mis entre les mains d’amies en « baby-training », nous sommes parties à Paname, papa et maman sous le bras, pour tester leur degré d’acceptation de notre « choix de vie » comme disent les bien pensants et aussi pour leur permettre de rire de bon cœur d’une situation qu’ils vivent parfois difficilement.

L’ironie du sort a voulu que nous dînions de moules-frites sur un fond sonore de Village People et de Dalida. La drôlerie de l’histoire n’échappera pas aux lesbiennes / cousines/ copines / collègues du bâtiment qui me liront mais elle a totalement échappé à nos parents !

Bref ; ensuite direction le théâtre. Nous nous étions installées derrière nos parents pour voir leur trombine, saisir leurs réactions, être témoins de ce qui les ferait rire et de ce qui leur ferait grincer des dents.

Bilan de la soirée :

Sourires : 29

Rires : 32

Eclats de rire : 12

Petits regards gênés en coin : 15

« Oh ! » : 5

Bravos : plein

 

Ont aimé les moules frites : 6/6

Ont aimé Dalida : 6/6

Ont aimé la pièce : 6/6

Ont ri sur la blague de Catherine Lara : 2/6 (nous + toutes les lesbiennes de l’assistance)

Ont enrichi leur vocabulaire des mots goudou, gousse, gouine et pacsage : 4/6

 

Voilà donc le bilan d’une petite soirée qui nous aura au moins permis de parler simplement de nos vies avec nos parents. De dire ce que nous ne nous disons pas forcément au quotidien. D’utiliser des mots jusque là difficiles à utiliser. Ca fait du bien, ça fait rire, ça rapproche et en plus, ça ne nous a pas coûté cher !

Filez donc tous voir Marie Nemo dans « Maman fait son coming out », théâtre Le Bout, Paris 9ème.